Uberisation et BTP : Où en est-on ?

BTP et Uberisation, où en est-on?BTP et uberisation : Qu’est-ce que l’uberisation ?

Avant de parler d’uberisation dans un secteur, il faut bien définir ce que c’est. Ce terme est en effet devenu assez péjoratif, et on pense souvent qu’il s’agit d’un système permettant à « monsieur ou madame tout le monde » de s’improviser professionnels d’un secteur grâce à un site internet, une application mobile qui les mettra en relation avec des clients potentiels. On ne va pas se mentir, cet écueil est malheureusement possible. Mais est-ce de la faute des services du type Uber ou AirBnB ? Si on regarde les conditions générales de ces entreprises, il n’est pas mentionné qu’on peut faire tout et n’importe quoi, qu’on peut s’affranchir des lois (paiement des impôts et taxes, assurances, cartes professionnelles) en vigueur dans le pays où on exerce son activité. Bref, s’il y a des dérives, elles sont essentiellement dues aux personnes qui utilisent ces services plutôt qu’aux services eux-mêmes, même si on est en droit de se poser des questions sur le manque de contrôle de ces derniers.

Ensuite, on en est arrivé au point où, dès qu’il y a une mise en relation prestataires/clients, on parle d’uberisation. Pour autant, ces systèmes répondent à des critères assez précis en dehors du simple concept de prise directe de contact :

–          outil digital de mise en relation client/prestataire,

–          réactivité maximum du fait de la mise en relation directe et de la proximité géographique,

–          le client paie la plateforme qui prend une commission,

–          Évaluation du prestataire par le client et vice versa.

Alors maintenant, où en est-on de l’uberisation dans le secteur du BTP ?

Dans le bâtiment, quelques plateformes existent, comme allomarcel.com ou mesdepanneurs.com. Pour le premier, les gros travaux sont envisageables, le second on reste sur du dépannage. En tout cas, les deux plateformes fonctionnent avec des professionnels « certifiés ».

Ce type de service, de prime abord, ne présente que des avantages pour le client : efficacité, rapidité, coût, possibilité de voir les avis sur les prestataires. Si un débat existe, c’est sur une possible concurrence déloyale vis-à-vis des petits artisans. Mais, bien qu’on puisse comprendre les craintes de ces derniers, ce débat n’a pas lieu d’être : ce n’est pas le phénomène d’uberisation qui pose souci, mais bel et bien les différentes formes juridiques des sociétés et principalement le statut auto/micro entrepreneur.

L’uberisation, sous réserve du professionnalisme des plateformes et des prestataires offre une belle opportunité aux artisans de trouver de la clientèle et d’augmenter leur chiffre d’affaires malgré les commissions facturées par les services de mise en relation (commissions qui peuvent être intégrées aux tarifs finaux de la prestation)

Ainsi chaque partie peut trouver son compte dans ce nouveau modèle de prospection prestataire/client. Pour les professionnels, c’est une belle occasion de se lancer dans la communication digitale à moindre coût. Pour les clients, et encore une fois, on ne le dira jamais assez , en ayant pris soin de vérifier le professionnalisme des plateformes et des professionnels afin de ne pas se retrouver en face d’un particulier prêt à refaire une charpente à l’aide d’un marteau et de quelques clous, c’est une opportunité au niveau du coût, de la comparaison entre les prestataires et de la rapidité de mise en œuvre d’un projet : on ne perd plus son temps à appeler tous les pros et à demander des devis à droite et à gauche !

L’uberisation, c’est la prestation de service, mais c’est aussi la location d’outils, de véhicules… Et la location de matériel ! On fera le point dans un prochain article. À très vite !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *